0
0
0
s2sdefault

Métiers anciens, métiers nouveaux (2019/2020)

« Un, n’oubliez pas de regarder les étoiles et non vos pieds. Deux, n’abandonnez jamais le travail. Le travail donne un sens et un but, et la vie est vide sans le travail ».  Stephen Hawking (1942-2018)

 

  • 0010
  • 0025
  • 0030
  • 0035
  • 0045
  • 0065
  • 0073
  • 0085
  • 0094
  • 0105
  • 0116
  • 0125
  • 0135
  • 0145
  • 0155
  • 0165
  • 0175
 
Cette série de dessins-peintures est un hommage aux métiers anciens et, surtout, aux métiers nouveaux. Contrairement à l’affirmation de Charles Baudelaire qui ne voyait dans la société, en 1863, « que trois êtres respectables : le poète, le soldat et le prêtre », il existe une pléthore de métiers où l’être humain peut exceller par son audace, sa créativité et sa générosité. J’ai délibérément choisi dans ces portraits d’Humanité, des femmes & des hommes dont les métiers libèrent, soulagent, protègent, nourrissent, élèvent et transmettent. Dans notre société, où la technologie conditionne de plus en plus la raison, il est rassurant de constater, qu’hier comme aujourd'hui, la main et le cerveau humains restent les outils professionnellement les plus innovants. Le cœur, comme toujours, est l’organe vital de ce sujet : sans partage, le travail est une vaine agitation. L’important est l’utilité sociale : le travail peut aujourd’hui encore et malheureusement asservir, mais il peut aussi être le choix d’un acte de bonté envers l’humanité. Il peut aussi fortifier : par l’opportunité de se découvrir soi-même, et de devenir.

Dans les sociétés occidentales, et depuis les années 70, toutes sortes de métiers se sont féminisés. Ce travail analyse le phénomène et témoigne de toutes ces femmes dont la persévérance est exemplaire, qu’elle soit repasseuse, chirurgienne, hackeuse, moniale ou activiste écologique. « Les deux piliers de la domination masculine résident dans le contrôle social de la fécondité des femmes et dans la division du travail entre les deux sexes », écrivait Françoise Héritier. L’éducation et l’accès au travail réduisent, en théorie, les inégalités entre les genres. Les femmes sont aujourd’hui, et encore, les plus discriminées dans leurs activités: 2/3 des 774 millions d'adultes analphabètes dans le monde restent des femmes…et la proportion de celles-ci n’a pas évolué depuis 20 ans (Unesco, 2019). Sur le travail des femmes, l’histoire de l’art et les œuvres des artistes (majoritairement masculins), ne semblaient pas et injustement, en témoigner……..A tort, car, comme le dit le proverbe indien : « Le travail d’une femme vaut plus que le discours de 100 hommes » !

« Respectable » le poète ?.... Dans l’artiste, il y a deux êtres : l’artisan qui rêve et le rêveur qui artisane. Le poète a l’imagination d’un enfant : il ne décrit pas le monde, il le découvre. Et sa création insuffle la VIE. Il ou elle est forcément un idéaliste qui refuse la réalité en l’état. Le poète est un vecteur d’espérance et « le serviteur d’idéaux supérieurs », comme l’écrivait Vassily Kandinsky* en 1910 : en cela, le créateur cumule de nombreux métiers. Je crois au Beau, à la Bonté et aux vertus du Merveilleux. « La création, c’est l’intelligence qui s’amuse ! » (Albert Einstein).


*« Du spirituel dans l’Art et dans la peinture en particulier »